Phoenix-commando-airsoft
Bonjour et bienvenue sur le forum de la Phoenix Commando.
Avant de commencer à poster, une petite présentation dans la catégorie " soldat" serait sympathique et permettra l'accès complet au forum.
En espérant bientôt croiser les billes.
A bientôt.
Liens vers nos partenaires
MaxGunner
Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Voir toute la liste

Derniers sujets
Armoire MAGIQUEVen 16 Juin - 10:04Cartman
Priviet de Kvitan !Jeu 15 Juin - 19:58Tepi
Présentation DoryJeu 15 Juin - 18:57Dory_
Présentation SantajuLun 12 Juin - 21:13SNAKE
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier


Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
l'Arbre
Modérateur
Messages : 433
Date d'inscription : 24/03/2011
Localisation : Le Mans

Stage close combat / "commando"

le Lun 14 Jan - 20:49
Salut les amis,

Je suis descendu ce weekend pour effectuer un stage de close-combat avec un ancien fusier commando marin très connu dans son domaine qui se nomme Marius pour les puristes qui connaissent. J'ai décris le weekend sur le forum gign.org, et je vous le partage aussi.

Comme promis, voici un petit résumé de ce weekend dans le sud de la
France. Mes motivations pour descendre de Saint-Nazaire jusqu’à
Marseille ? M’initier au close-combat, côtoyer mes limites et tenter de
les repousser, et bien sûr, profiter de la très grande expérience de
Marius. Comme l’a dit un des stagiaires, « Si j’avais vu marqué « Martin
combat », je ne sais pas si je serai venu ». Au tout départ, je comptai
vous faire un résumé très précis, vous écrivant tout le déroulé de ces
deux jours inoubliables, mais comme Marius nous l’a dis au débriefing ; «
Ceux qui veulent savoir ce qui s’est passé pendant le stage n’ont qu’à
venir voir d’eux même ». Du coup, je vais écourter mon résumé, mais
j’espère que ça vous suffira tout de même. Je vais essayer de vous
l’écrire de manière romancée pour éviter que ce soit trop chain à lire.

Vendredi 11 Janvier 2013 :

Je fini le travail à 13h. C’est parti pour terminer les préparatifs.
Tout d’abord regrouper au centre de mon salon tout ce qui va m’être
utile pendant ce weekend. Des affaires chaudes, des vêtements qui ne
craignent rien, de la nourriture, mes rangers, ma couverture de survie,
mon couteau, ma tente, mon duvet et plein de petites choses comme du
papier toilette.
Commence alors une série de pesées sur la balance pour réussir à
descendre mon énorme sac militaire sous les 15kg autorisés par la
compagnie aérienne. Ce n’est pas une chose facile, et je dois au bout de
trois fois, me résoudre à voyager avec les rangers aux pieds, si je ne
veux pas payer de supplément.
16h30, la voiture est parée, en route pour Nantes et son aéroport.
Arrivé 3/4h plus tard, j’attends une amie pour récupérer son badge
d’entreprise et pouvoir laisser ma voiture sur un parking non payant
pour tout le weekend. Le temps d’enregistrer mon sac qui bien sûr ne
passe pas et doit être orienté vers les « bagages hors catégorie », le
gars de la sécu me demande si je suis militaire. Je lui réponds que non,
mais que par contre dans mon sac j’ai un …. Arme à feu ?? Non non,
juste un couteau monsieur, ne vous inquiétez pas… Puis, direction
l’avion, embarquement et décollage pour Marseille Marignane.
Atterrissage plutôt laborieux 1h30 après. Il fait nuit, et je me
fais la réflexion que je pourrais très bien être n’import ou en France,
je ne m’en rendrais pas compte. Mais un « putainnng » me confirme que je
suis bien au bon endroit. Grosse pensée au Groupe à la descente de
l’avion. Il s’est arrêté juste sous la tour de contrôle. L’endroit
d’après mes lectures ou l’A300 s’était déplacé pour pouvoir tirer sur la
tour de contrôle. Bien sûr, je ne peux m’empêcher un sourire.
Une fois mon sac récupéré, j’appelle Marius pour l’informer de mon
arrivée. Le contact au téléphone est très sympa et me met déjà dans
l’ambiance avec son vocabulaire militaire. Quelques minutes plus tard,
il me récupère devant l’aéroport, et j’embarque pour le campement. Le
temps des 20 minutes de trajet, j’ai le temps de discuter avec mon
conducteur et d’avoir de plus amples informations sur le déroulé du
stage et le nombre de stagiaire. Nous serons 13. Il fait nuit, les
routes sont sinueuses, et je me fais la réflexion interne que chez les
commandos, on doit prendre des cours de pilotage et connaitre très très
bien les petits villages traversés.
Arrivé au bivouac, je fais la connaissance de Thed avec qui je
discute le temps de monter ma tente et de m’installer. Deux autres
personnes arrivent plus tard et s’installent également. Ce sont deux
jeunes lycéens option « cinéma » qui seront chargés de faire un court
reportage de notre stage et de nous vendre les DVD finaux. On sympathise
assez rapidement.
Il est 23h30, le temps de se glisser dans son duvet dans la tente, tandis que toutes les étoiles du ciel brillent.






Samedi 12/01/13 :

Réveil à 8h. La nuit à été longue, et vraiment très froide. Malgré
mes épaisseurs, je me suis relevé en plein milieu de la nuit pour
récupérer ma couverture de survie. A la sortie de la tente, c’est la
surprise. D’un, nous nous trouvons dans une clairière entourés par les
bois, dans les hauteurs d’une bonne colline, reprenant le même relief
que de la Montagne. Deuxièmement, les tentes sont blanches, ainsi que
l’herbe. Il a gelé et ça s’est ressenti toute la nuit ! Le temps de
s’habiller, enfiler des gants, manger un peut les fruits secs que je me
suis pris pour le petit déjeuner, et Marius arrive en voiture, et nous
offre des pains au chocolat.
Assez rapidement, le reste des stagiaires arrivent en voiture.
Pratiquement tous vienne de Marseille ou d’un peu plus loin, mais
globalement à moins de deux heures de route. Parmi eux, certains sont
des amis de Marius, suivant à longueur d’année ses cours de
Close-combat. Deux fusiers-marins de Toulon ont fait le déplacement pour
parfaire leur entrainement au stage Co.
Rapide Briefing avec tout le monde, le temps que les personnes
aidant Marius pour le stage arrivent et nous prennent en main pour
l’échauffement. Echauffement court, mais intense. Je ne sens déjà même
plus mes doigts lorsque l’on pompe sur le sol gelé. Fin de
l’échauffement, nous rejoignons tous Marius sur un ancien terrain de
football qui ressemble plus à un terrain vague ou sont venues tourner
des motos. Une personne vomie. Je me dis que ça commence fort, et je
vais me donner à fond pour suivre le rythme.
L’entrainement au close combat se passe correctement, ponctué par
des « plaquages au sol ! » Ou « allez dire bonjour au cyprès » en haut
de la bute lorsque notre attention se faisait plus faible. Mais ce fut
une très bonne initiation, que j’ai beaucoup aimé, et qui m’a donnée
envie d’en découvrir plus.

Midi arrive, le temps de la pause déjeunée. Distribution de ration de
combat et de pompes. Et oui, « Mains dans les fouilles, coup dans les
couilles », mais aussi pompes pour tous les autres. Toujours rester
vigilant, c’est compliqué.

Une fois la démonstration de l’utilisation des « raskettes » par les
deux fusiers, et la pause terminée, nous sommes partis direction le
stand de tir. Sur place, nous avons eu le droit à un cours sur les
pistolets-automatiques, et bien sûr de tirer. Mais je ne vous
détaillerai pas, vous découvrirez par vous-même. Ce n’était pas
entièrement une séance de tire « pépère » derrière la table…
Retour vers le campement, et gros coup de pompe le temps du trajet
pour moi. Une fois sur place, découverte d’un parcours d’obstacle,
d’agrès, de franchissements « aériens » bien sympathiques. Une fois
découvert, reste à le refaire chronométré, chacun son tour et le plus
rapidement possible. Sur 250-300m en montée, à fond entre les obstacles,
personnellement, j’ai bien dû mettre 2 ou 3 minutes pour récupérer mon
souffle à la fin.

C’est enchainé une pose pour pouvoir manger et se reposer un peu. Pour
ce qui est des activités de la nuit, je laisse le secret, car grosse
surprise, susceptible de se reproduire au prochain stage. Une fois ces
activités passées, on a pu dormir correctement, car, la pluie tombant
avait ramené les nuages et isolé du froid de l’espace. Donc,
personnellement, j’ai très bien dormi, tout habillé en prévision d’un
réveil surprise.


Dimanche 13/01/13

Le lendemain matin, après avoir entendu toute la nuit le ronflement
de certaines personnes, un « IL EST 8h !! » vigoureux m’a tiré de mon
sommeil. Petit bilan physique : les bras sont lourds, les jambes ça va.
Pas trop froid, mais va quand même bien falloir se chauffer pour
l’exercice synthèse. Pour l’exercice synthèse, je n’en raconterai pas
trop non plus. A l’image un peut du parcours précédent, mais avec
d’autres difficultés. Je me permettrai juste de vous dire que vous êtes «
accompagné » par Marius lui-même ou un des encadrants pendant tout le
parcours.... Votre imagination peut faire le reste.

Une fois que nous avions chacun craché nos poumons puis récupéré un peu,
nous avons fini par un débriefing général du stage et un bon moment à
écouter Marius, les oreilles grandes ouvertes.

S’en est venu malheureusement la fin du stage et le moment de plier
bagages et tentes. Au final, ma brosse à dent, mon savon et ma serviette
ne m’auront servis à rien. Par contre mes pulls, ma polaire, mes gants,
mon bonnets et mes rangers on étés très utiles.

J’ai été raccompagné ensuite par un des stagiaires à l’aéroport. 11h30.
Décollage à 15h45.... J’ai le temps... Et bien, c’est la première fois
de ma vie qu’il passe aussi vite. Après un appel aux parents pour dire
que je suis toujours vivant, assurer à mon père que j’ai payé pour faire
ça, un passage aux toilettes pour se décrasser au moins de la terre sur
les mains et dans les cheveux, un bon casse croute m’a remis d’aplomb.
J’ai fini par partager mon rabe de fruit sec -entre deux textos avec
Peaceful - avec un vieux monsieur qui m’a regardé gentiment en me
demandant si moi aussi je partais au Maroc.... Pas vraiment....

J’ai souri au moment de passer les contrôles. Bien sûr mes rangers
devaient traverser la machine, mais la dame m’arrête en me disant : « je
suis désolé Monsieur, mais elles sont vraiment trop salles, passez les
par ici svp. ». J’obtempère. Son collègue qui les examine les regarde
puis me regarde avec une drôle de tête.... « Oui je sais elles ont servi
» je lui dis. Pas de réponse.

Le vol retour se passe sans problèmes et j’atterri dans le soleil couchant sur Nantes.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà, tout d’abord, bravo à ceux qui ont lu jusqu’au bout.
Je tien à vous dire que c’était plus simple pour moi de tout récrire
sous cette forme et que je n’ai pas inventé, ni même les petits détails.

Après, comme l’a dit Thed, pour ce qui est des activités, vous auriez pu
les trouver sur le planning donc pour certains je ne vous apprends rien
sauf peut être un aperçu de l’esprit dans lequel ça s’est passé.

C’était vraiment un weekend inoubliable pour moi, qui m’a permis de voir
déjà un peu à quel niveau j’étais. Je sais qu’il faut que je bosse le
tir et le physique pour les pompes d’ici le prochain en mai ou juin.
Mais par contre, pas de problèmes pour moi, je referai le déplacement
encore et encore.

Un gros merci à Marius et à ses encadrants qui ont réalisé un super
stage ! Une grosse pensée à tous ces personnes avec qui j’en ai ch**,
toutes supers sympas, ça fait des bons souvenirs !

Je terminerai en vous copiant un message de Marius posté par son groupe
de close combat sur Facebook. J’espère que j’en ai pas trop fait, et
réussi à vous faire ressentir un peut ce qu’on a vécu pendant ces deux
jours magnifiques !

A bientôt !

« Un stage veut dire investissement, compétition et se dépasser, cela
reste une victoire et un combat avec soi-même avec pour tout à chacun
son niveau.
Il ne faut pas subir et terminer ces épreuves en analysant et réfléchissant ce que cela vous a apporté individuellement.
Dans tous cas, il faut vous préparer car demain ne sera pas facile...
Les stages sont ouverts à tous à condition d'être motivés et d'avoir des valeurs et le souhait d'évoluer avec "l'esprit".
Pour ce premier stage ou nous étions 13 ou les dominantes sont restées :
le tir de combat, le close-combat, le physique et les parcours.
Merci à : Tony, Pierre, Sacha,Jis, Quentin, Christophe M., Thomas,
Yannick le yéti, Teddy, Patrick, Christophe D., Guillaume, Nareg QUI
ANALYSERONT l'énoncé comme l'ordre.
Merci pour votre adhésion et votre envie.
"united we conquer"
La meilleure arme face au danger reste l'anticipation.
Je prépare un nouveau stage pour mai ou juin 2013.
Marius »

_________________

Regarde bien à tes pieds, j'ai pas envie de me faire marcher dessus...
Invité
Invité

Re: Stage close combat / "commando"

le Mar 15 Jan - 23:01
J'ai envie de dire OUAH !! ça à l'air énorme ce stage je comprend que tu en garde de bons souvenirs ! En tout cas pour ton texte je trouve qu'il décrit bien les moments de ton stage, bravo.
avatar
l'Arbre
Modérateur
Messages : 433
Date d'inscription : 24/03/2011
Localisation : Le Mans

Re: Stage close combat / "commando"

le Mar 1 Avr - 22:01
Réputation du message : 100% (1 vote)
Voici les dernières infos pour ceux que ça pourrait intéresser.

Du fait que ça se passe à nouveau entre Marseille et Aix en Provence mais sur une seule journée m'empêche de descendre une nouvelle fois.

Mais si jamais vous êtes dans le coin, vous aurez l'occasion d'essayer la progression tactique et le tir au 9 mm.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=572396126201206&set=a.352743358166485.85326.100002924727361&type=1&theater

_________________

Regarde bien à tes pieds, j'ai pas envie de me faire marcher dessus...
Contenu sponsorisé

Re: Stage close combat / "commando"

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum